Connectez-vous S'inscrire
Menu





Dialogue social - Instant CE

1er webzine à destination des I.R.P (CE, CHSCT, DP)



Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La médiation professionnelle auprès des entreprises et des institutions.

Mercredi 7 Novembre 2012

L’organisation syndicale des médiateurs professionnels, la chambre professionnelle de la médiation et de la négociation, CPMN, a tenu son symposium annuel, sur la médiation professionnelle, dont elle est l’initiatrice, à la bibliothèque nationale de France.


La médiation professionnelle auprès des entreprises et des institutions.

mediation_et_irp.pdf mediation et irp.pdf  (95.39 Ko)

Vous pouvez découvrir notre programme de formatione en cliquant sur la pièce jointe.

Vous pouvez également vous rendre sur le espace dédié à la formation cliquez ici







Le symposium 2012 de la médiation professionnelle s’est tenu les 19 et 20 octobre à Paris, dans les auditoriums de la Bibliothèque Nationale de France.

Plus de 170 participants au forum ouvert, qui a été conçu pour l’accompagnement des nouveaux médiateurs professionnels et le perfectionnement des titulaires du Certificat d’Aptitude à la Profession de Médiateur (CAP’M). Le deuxième jour, quelques 240 participants.

Cette manifestation annuelle a été créée par les organisations de la médiation professionnelle : l’école professionnelle de la médiation et de la négociation (EPMN), la chambre professionnelle de la médiation et de la négociation (CPMN), et Viamediation, le réseau éthique. Cet évènement exclusif permet aux médiateurs professionnels et aux personnes intégrant cette nouvelle profession de se rencontrer. C’est l’occasion de multiples discussions et élaboration de projets avec les responsables d’entreprises qui viennent enrichir leur pratique avec le référentiel éthique et déontologique des médiateurs professionnels.

Cette année tout particulièrement, une démonstration d’un travail en cohésion a été faite. Le symposium a été vécu comme enrichissant, promoteur, motivant et dynamisant. Un film a été réalisé en parallèle de ces journées, avec tous les membres du conseil d’administration comme porteurs de leur implication et de leur action.

Les travaux présentés par des médiateurs en fin de formation ont témoigné de la performance de cette discipline et de son impact culturel. Au moyen d’extraits de films (Invictus, Saint-Germain et la Négociation, La guerre des Rose), ils ont mis en évidence leur acquisition culturelle du regard que porte le médiateur professionnel sur une personne ou sur une situation conflictuelle, et qu’il convient d’avoir pour exercer cette nouvelle profession. Des projections ont été faites avec des diaporamas commentés et des montages qui soulignent déjà la maturité de cette discipline récente où l’humour vient déjà côtoyer le sérieux.

En marge de l’évènement d’une grande portée pédagogique, l’assemblée générale de la CPMN s’est tenue et le rapport moral a démontré la qualité de l’investissement de l’équipe en place : le développement des conventions ViaMediation, le développement des propositions spontanées de médiation, l’essor des interventions des médiateurs professionnels, l’augmentation des partenariats événementiels, l’accroissement de la communication dans les médias.

Pour la première fois, un forum ouvert a été proposé aux participants, et a mis en exergue leur productivité, leur créativité et leur compétence. Cette fois-ci, la thématique a été centrée sur l’approche d’une situation difficile dans la vie sociale d’une équipe au sein d’une société du tertiaire. La richesse des compétences des participants a permis d’envisager différentes propositions, démontrant dans tous les cas que la médiation professionnelle est le recours le plus performant pour accompagner les organisations sur le plan culturel, stratégique et développement.
Le samedi, trois entreprises : Transport Breger, la CRAMIF et RESE17 se sont vus remettre les Espoirs de la médiation au titre des actions de médiation professionnelle auxquelles elles ont eu recours ou qu’elles ont mises en place, démontrant ainsi leur engagement éthique et à favoriser la qualité relationnelle.

Ce symposium a plus que jamais démontré l’intérêt du développement de la médiation professionnelle à titre individuel et notamment pour l’accompagnement des changements profonds qui s’opèrent au sein des organisations et de notre sociéte.

Par Agnès Tavel, Avocat.


--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Cliquez sur la pièce jointe pour découvrir notre programme de formation.







Antonio FERNANDES
Lu 302 fois
Notez

Nouveau commentaire :



École professionnelle des CE, exclusivement dédiée au développement du dialogue social

Edition juin 2017

Code du travail : comment Macron va légiférer par ordonnances

Le Premier ministre Edouard Philippe et la ministre du Travail Muriel Pénicaud dévoilent mardi leur feuille de route pour réformer le Code du travail. Pour ce faire, ils passeront par le système des ordonnances. Un processus qu'Emmanuel Macron a défini juste avant son élection sur France Inter : "L'ordonnance permet de raccourcir le processus parlementaire et d'éviter les navettes parlementaires." Le principe de l'ordonnance ne veut pas dire outrepasser les pouvoirs du Parlement, comme dans le cadre de l'article 49-3 utilisé par Manuel Valls par exemple pour imposer la loi Macron ou la loi Travail. En effet, l'exécutif doit avoir le feu vert du législatif et ce, via un cadre très strict.
 
Des ordonnances estivales pour une ratification à l'automne
 
Le Parlement va autoriser, par le biais d'un projet de loi d'habilitation - annoncée pour le 28 juin en Conseil des ministres -, le gouvernement à légiférer sur un sujet donné et dans un délai fixé. Puis l'Assemblée nationale et le Sénat valideront ou non l'ensemble des ordonnances via un projet de loi de ratification. Dans le temps imparti, Edouard Philippe et Muriel Pénicaud, sa ministre du Travail, devront rédiger leurs ordonnances, les faire valider par le Conseil d'Etat puis les adopter en Conseil des ministres.
 
La semaine dernière sur France 2, le Premier ministre Edouard Philippe a rapidement détaillé son calendrier : "Les ordonnances seront prises avant la fin de l'été. La fin de l'été, c'est le 21 septembre. Donc avant cette date et la reprise de la session parlementaire normale." Après la publication des ordonnances au Journal officiel, la loi de ratification est la véritable étape sensible du processus : l'ordonnance n'acquiert en effet sa valeur législative qu'après l'adoption définitive - et globale - du Parlement.
 
Ce sont donc sur toutes les ordonnances publiées que députés et sénateurs devront se prononcer à l'automne. Il faut donc à Emmanuel Macron et Edouard Philippe une majorité confortable à l'Assemblée nationale et au Sénat - il y a des élections sénatoriales en septembre - pour éviter les mauvaises surprises.
 


Inscription à la newsletter