Connectez-vous S'inscrire
Menu





Dialogue social - Instant CE

1er webzine à destination des I.R.P (CE, CHSCT, DP)



Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le droit d'expression des salariés.

Lundi 5 Décembre 2011

En début d'année, dans les entreprises où il n'y a pas de délégué syndical ou dans celles où la négociation obligatoire annuelle n'a pas abouti à un accord, le comité d'entreprise ou, à défaut, les délégués du personnel sont consultés sur les modalités d’exercice du droit d’expression des salariés.


Nous allons voir ci après pourquoi cette obligation et comment prévoir le respect de celle-ci et ainsi de permettre aux salariés d'exercer leur droit d'expressions.

Dans ses articles L. 2281-1 à L. 2281-12, le Code du travail précise que : "tous les salariés bénéficient d’un droit à l’expression directe et collective formalisé sur le contenu, les conditions d’exercice et l’organisation de leur travail".

Ce droit, bien que parfois méconnu dans l’entreprise, a pour objet de définir les actions à mettre en œuvre pour améliorer leurs conditions de travail, l’organisation de l’activité et la qualité de la production, dans l’unité de travail à laquelle ils appartiennent et dans l’entreprise

Dans les entreprises où sont constituées une ou plusieurs sections syndicales d’organisations représentatives ayant désigné au moins un délégué syndical, l’employeur est tenu d’engager une négociation sur les modalités d’exercice du droit d’expression.

L’accord doit prévoir le niveau, la fréquence et la durée des réunions, les modalités de transmission à l’employeur des avis, demandes et propositions ainsi exprimées, les modalités d’information des salariés concernés, des représentants du personnel et des syndicats sur les suites données à ces avis, demandes et propositions, les conditions spécifiques d’exercice du droit d’expression par le personnel d’encadrement ayant des fonctions hiérarchiques.

Si la négociation n’aboutit pas à un accord, l’employeur doit engager, au moins une fois par an, une nouvelle négociation. S’il ne le fait pas, celle-ci doit s’engager dans les 15 jours suivants la demande d’une organisation syndicale représentative. Cette demande doit être transmise par l’employeur dans les 8 jours aux autres syndicats représentatifs.

Tous les 3 ans, l’employeur doit provoquer une réunion avec les organisations syndicales en vue d’examiner les résultats de l’accord et engager la renégociation de ce dernier si un syndicat représentatif le demande.

Comme je vous le disais en titre, le comité d'entreprise peut être amené à être consulté sur les modalités d'exercice du droit d'expression des salariés, quand la NAO n'a pas abouti à un accord ou en l'absence de délégué syndical dans l'entreprise.

A quoi sert cette consultation ?

Le législateur a mis en place cette consultation afin de pallier aux problématiques soit de dialogue social considéré comme rompu (absence d'accord NAO), soit de palier au fait qu'il n'y ait pas de délégué syndical dans l'entreprise.

En effet, le droit d'expression des salariés existe que l'ont est un délégué syndical dans l'entreprise ou non et que la négociation sur la NAO aboutisse ou non.

Ici la consultation permet aux élus de l'entreprise de définir avec l'employeur les moyens qu'ils vont mettre en place dans l'entreprise, afin de permettre aux salariés de s'exprimer comme le prévoit le Code du travail en son article L 2281-1.

Mais que mettre en place ?

L'article L 2281-12 du Code du travail qui prévoit cette consultation obligatoire du comité d'entreprise, précise également que la consultation porte sur les stipulations mentionnées à l'article L 2281-11 du Code du travail.

Reprenons donc ce que dit l'article L 2281-11 du Code du travail concernant le contenu de l'accord d'entreprise sur le droit d'expression des salariés, qui prévoit :

1º Le niveau, le mode d'organisation, la fréquence et la durée des réunions permettant l'expression des salariés ;
2º Les mesures destinées à assurer, d'une part, la liberté d'expression de chacun et, d'autre part, la transmission à l'employeur des demandes et propositions des salariés ainsi que celle des avis émis par les salariés dans les cas où ils sont consultés par l'employeur, sans préjudice des dispositions relatives aux institutions représentatives du personnel ;
3º Les mesures destinées à permettre aux salariés intéressés, aux organisations syndicales représentatives, au comité d'entreprise, aux délégués du personnel, au comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail de prendre connaissance des demandes, avis et propositions émanant des groupes ainsi que des suites qui leur sont réservées ;
4º Les conditions spécifiques d'exercice du droit à l'expression dont bénéficie le personnel d'encadrement ayant des responsabilités hiérarchiques, outre leur participation dans les groupes auxquels ils sont rattachés du fait de ces responsabilités.

N'a ton pas là un peu plus d'information sur ce que vous pourriez définir avec l'employeur ?

Je pense que l'essentiel est de permettre l'expression des salariés, peu importe la forme ou les moyens mis en places, cela peut ce faire par des réunions ou chacun pourrais exposer ses propositions, un cahier de doléances ou les salariés viennent apposer leurs propositions et l'employeur vient y répondre...

Attention, le droit d’expression s’exerce sur les lieux et pendant le temps de travail, il est payé comme tel. Le personnel d’encadrement exerçant des responsabilités hiérarchiques doit bénéficier de réunions d’expression spécifiques.

Ensuite, ont peut imaginer, afin de s'assurer que l'employeur à bien eu connaissance des propositions des salariés, de mettre systématiquement (trimestriellement ou plus) à l'ordre du jour du CE ou aux questions DP un bilan de l'expression des salariés dans l'entreprise. Il ferait état des expressions faites par les salariés et des réponses ainsi que des suites données à celles-ci.

Enfin, pour s'assurer que l'employeur ne prendra pas en compte les opinions des salariés, pour motiver une sanction ou un licenciement, définir une sorte de charte sur l'expression des salariés, qui l'engagerait dans ce sens. Celle-ci pourrait soit être annexée au règlement intérieur de l'entreprise ou au cahier de doléances par exemple.

Bien entendu, d'autres choses peuvent être mises en place, il ne s'agit ici que de suggestions et d'autres idées qui vont dans le même sens peuvent être utilisées, le tout, je le répète, étant de faire en sorte que chaque salarié puisse s'exprimer.


 
Lu 6019 fois
Notez

Nouveau commentaire :



École professionnelle des CE, exclusivement dédiée au développement du dialogue social

Edition juin 2017

Code du travail : comment Macron va légiférer par ordonnances

Le Premier ministre Edouard Philippe et la ministre du Travail Muriel Pénicaud dévoilent mardi leur feuille de route pour réformer le Code du travail. Pour ce faire, ils passeront par le système des ordonnances. Un processus qu'Emmanuel Macron a défini juste avant son élection sur France Inter : "L'ordonnance permet de raccourcir le processus parlementaire et d'éviter les navettes parlementaires." Le principe de l'ordonnance ne veut pas dire outrepasser les pouvoirs du Parlement, comme dans le cadre de l'article 49-3 utilisé par Manuel Valls par exemple pour imposer la loi Macron ou la loi Travail. En effet, l'exécutif doit avoir le feu vert du législatif et ce, via un cadre très strict.
 
Des ordonnances estivales pour une ratification à l'automne
 
Le Parlement va autoriser, par le biais d'un projet de loi d'habilitation - annoncée pour le 28 juin en Conseil des ministres -, le gouvernement à légiférer sur un sujet donné et dans un délai fixé. Puis l'Assemblée nationale et le Sénat valideront ou non l'ensemble des ordonnances via un projet de loi de ratification. Dans le temps imparti, Edouard Philippe et Muriel Pénicaud, sa ministre du Travail, devront rédiger leurs ordonnances, les faire valider par le Conseil d'Etat puis les adopter en Conseil des ministres.
 
La semaine dernière sur France 2, le Premier ministre Edouard Philippe a rapidement détaillé son calendrier : "Les ordonnances seront prises avant la fin de l'été. La fin de l'été, c'est le 21 septembre. Donc avant cette date et la reprise de la session parlementaire normale." Après la publication des ordonnances au Journal officiel, la loi de ratification est la véritable étape sensible du processus : l'ordonnance n'acquiert en effet sa valeur législative qu'après l'adoption définitive - et globale - du Parlement.
 
Ce sont donc sur toutes les ordonnances publiées que députés et sénateurs devront se prononcer à l'automne. Il faut donc à Emmanuel Macron et Edouard Philippe une majorité confortable à l'Assemblée nationale et au Sénat - il y a des élections sénatoriales en septembre - pour éviter les mauvaises surprises.
 


Inscription à la newsletter