Connectez-vous S'inscrire
Menu

Le travail, c'est la santé - en direct du Canada

Rédigé le Mardi 8 Avril 2008 à 11:19 | Lu 2240 fois | 0 commentaire(s)

Si notre travail a du sens, on a plus de chances d'être en bonne santé psychologique que s'il n'a pas de sens.


Le travail, c'est la santé - en direct du Canada
Cette affirmation tombe sous le sens, direz-vous. Elle n'est que bon sens, ajouterez-vous. Mais qu'est-ce que le travail et qu'est-ce qui lui donne un sens? Ces questions sont plus complexes qu'il n'y paraît.

Le samedi 29 mars, dans La Presse, Pierre Foglia racontait sa rencontre avec des ouvriers et cadres de la Belgo, l'usine de la papetière AbitibiBowater qui a fermé ses portes récemment à Shawinigan.

«Au total, 550 emplois perdus. Les meilleurs emplois de la ville», soulignait-il. Ce passage a été publié en exergue.

«Ces ouvriers qui viennent de perdre leur travail parlaient du bonheur de travailler. Entendez-moi bien: pas du bonheur de gagner 60 000$ par année, même si ça aide grandement à aimer sa job. Pas du bonheur d'avoir une job qui, si souvent, n'est que du non-malheur. Non. Du bonheur de travailler.»

Il était immédiatement suivi par ces mots. «Ce bonheur est si rare. Ce bonheur de boulanger qui fait son pain. C'est la dernière chose que je m'attendais à trouver chez les papetiers. Je les imaginais plutôt abrutis de chaleur et de bruit aux commandes de monstres d'acier de cinq étages.»

Une découverte

Estelle Morin, professeur au Service de l'enseignement du management à HEC Montréal, a rencontré des ouvriers de la Belgo il y a quelques années.

Elle «s'attendait», comme Pierre Foglia, à rencontrer des êtres désabusés. Comme lui, elle a découvert des gens heureux de travailler.

D'une certaine manière, Estelle Morin allait aussi en reportage à Shawinigan. Elle voulait mieux comprendre pourquoi des gens sont heureux en faisant des tâches qui, aux yeux des autres, semblent si peu intéressantes.

À la Belgo, elle a observé que le travail comblait ces ouvriers parce qu'il avait un sens pour eux. Ce sens était principalement lié à leurs relations humaines à l'usine.

Le travail, c'est la santé - en direct du Canada
Sens et travail

Qu'est-ce que le travail et qu'est-ce qui lui donne un sens? Ces questions obsèdent Estelle Morin depuis plus de 15 ans, comme universitaire et la hantaient bien avant, alors qu'elle était psychologue clinicienne.

«Pendant la vague de restructuration et de rationalisation des années 1990, j'ai rencontré plusieurs cadres en très mauvais état psychologique qui me disait que leur travail n'avait plus de sens", raconte celle qui est également la fondatrice du Centre de recherche et d'intervention pour le travail, l'efficacité organisationnelle et la santé (CRITEOS). Alors qu'ils arrivaient sans mal à identifier ce qui n'avait pas de sens, ils avaient peine à mettre le doigt sur les ingrédients contraires. Elle s'est lancée à leur recherche.»

«Les caractéristiques qui donnent un sens au travail sont l'utilité et la rectitude morale du travail, les occasions d'apprentissage et de développement, l'autonomie, la reconnaissance et la qualité des relations», résume-t-elle.

«C'est clair que les caractéristiques du travail lui-même et son organisation influencent son sens, mais c'est aussi la personne qui le fait qui va lui attribuer un sens. Quand quelqu'un trouve que son travail n'a pas de sens, sa santé psychologique en souffre», poursuit-elle.

Elle vient d'en faire la démonstration dans l'étude Sens du travail, santé mentale et engagement organisationnel.

Cette recherche, financée et publiée par l'Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et sécurité du travail (IRSST), a été menée en collaboration avec Francisco Aranha, de l'École d'administration d'État de Sao Paulo, au Brésil.

Sens et santé

Pour cette étude, quelque 1500 cadres et travailleurs de quatre organisations québécoises ont complété une série de questionnaires portant entre autres sur les représentations du travail, la charge de travail, la perception de justice, les relations avec le supérieur immédiat.

Deux des organisations étaient dans le domaine de la santé et des services sociaux. Les deux autres étaient un centre de recherche et une firme d'ingénierie.

Résultats? «Dans le même milieu de travail, il n'y a pas unanimité sur l'évaluation et la perception du sens et le non sens au travail. Des problèmes de gestion peuvent amener des gens pour qui leur travail a du sens à trouver qu'il n'en a plus», résume-t-elle.

Dans une organisation, l'étude a identifié un sentiment d'injustice organisationnel chez plusieurs participants.

«Ils croyaient que leurs collègues ne travaillaient pas quand ils arrivaient au bureau plus tard qu'eux. C'était une perception qui s'est corrigée par une meilleure communication», donne-t-elle en exemple.

Selon Estelle Morin, les gestionnaires doivent non seulement veiller à améliorer l'organisation du travail, ils doivent être tout autant attentifs aux réactions et comportements de chacun de leurs membres devant les mêmes attentes.

«En dépit de tous les efforts, il y aura toujours des gens pour qui leur travail n'aura pas de sens. Dans le recrutement et les promotions, il faut s'assurer que les gens aient de l'intérêt pour leurs tâches», dit-elle.




Nouveau commentaire :


Les plus récentes
Antonio FERNANDES | 26/09/2017 | 109 vues
| 20/07/2017 | 230 vues
Antonio FERNANDES | 25/06/2016 | 401 vues
Antonio FERNANDES | 22/06/2016 | 229 vues
| 21/03/2016 | 346 vues


Derniers tweets
RT @antoniojoaofern: Notre vision de l'expertise en qualité du travail et de l'emploi pour les #CSE https://t.co/ALAvUGMQIB
Attributions générales comité social et économique #CSE https://t.co/22rMHVH8TV
C'est quoi le travail ? https://t.co/IQI6U56ZCL
Report des congés payés en cas de maladie https://t.co/oizX1Wdvrw
Le collectif de travail, pour coconstruire la santé au travail. https://t.co/ErnPFIEvui


Inscription à la newsletter

Vidéo à la Une
La souffrance au travail.