Connectez-vous S'inscrire
Menu





Dialogue social - Instant CE

1er webzine à destination des I.R.P (CE, CHSCT, DP)



Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Communiquer autrement - faire passer son message en s’affirmant

Mercredi 5 Juillet 2017

#assertivite #communication #irp


La communication assertive - L'affirmation de soi

Communiquer autrement

« Communiquer, c'est exprimer ce que l'on ressent, ce que l'on veut vraiment dire à son interlocuteur. Dans une communication fluide, chacun se sent libre de donner son point de vue, d'argumenter et d'expliquer. L'écoute est présente et s'impose comme condition à la poursuite du dialogue ». Voilà une définition de la communication que vous pouvez trouver sur internet, ayant pour objet de vous démontrer une manière idéale pour améliorer votre quotidien.
 
L'histoire de la communication est aussi ancienne que l'histoire de l'humanité. Depuis les origines, l'homme a eu besoin de communiquer. Pour cela il mit au point des codes, des alphabets et des langages. Parole, gestes de la main, signaux de fumée, tam-tam, document écrit... tout était bon pour véhiculer le message.
 
Notre société a évolué et l’homme des cavernes également. Ne serait-il pas le moment de faire évoluer également notre communication ?
 
Nous souhaitons vous apprendre la communication assertive. L’assertivité consiste à faire valoir ses droits, ses opinions et ses demandes de manière constructive, sans passivité ni agressivité.
 
Oser être soi-même revient à accepter le risque de sortir des sentiers battus de la communication. Bien sûr, rester en terrain connu est plus confortable. Mais êtes-vous conscient du potentiel de communication que vous gardez enfoui dans un coffre ? Et si vous l’exploriez ? Si vous vous donniez le droit d’être en contact avec vos ressenties pour partir en quête du ton juste qui respecte les autres autant que vous-même ?
 
Ce mode de communication s’applique aux représentants du personnel, mais également dans votre quotidien. Il vous permet de gérer au préalable la charge émotionnelle de la discussion que vous avez avec votre interlocuteur, de clarifier vos objectifs, de revenir sur les faits. Ainsi vous pourrez vous affirmer, faire passer votre message, sans avoir le sentiment de gêner l’autre.
 
Si vous souhaitez participer à l’une des formations, nous vous invitons à suivre le lien. Ainsi vous pourrez découvrir notre programme, les villes et notre calendrier de formation.
 
 
 
Lu 128 fois
Notez


École professionnelle des CE, exclusivement dédiée au développement du dialogue social

Edition juin 2017

Code du travail : comment Macron va légiférer par ordonnances

Le Premier ministre Edouard Philippe et la ministre du Travail Muriel Pénicaud dévoilent mardi leur feuille de route pour réformer le Code du travail. Pour ce faire, ils passeront par le système des ordonnances. Un processus qu'Emmanuel Macron a défini juste avant son élection sur France Inter : "L'ordonnance permet de raccourcir le processus parlementaire et d'éviter les navettes parlementaires." Le principe de l'ordonnance ne veut pas dire outrepasser les pouvoirs du Parlement, comme dans le cadre de l'article 49-3 utilisé par Manuel Valls par exemple pour imposer la loi Macron ou la loi Travail. En effet, l'exécutif doit avoir le feu vert du législatif et ce, via un cadre très strict.
 
Des ordonnances estivales pour une ratification à l'automne
 
Le Parlement va autoriser, par le biais d'un projet de loi d'habilitation - annoncée pour le 28 juin en Conseil des ministres -, le gouvernement à légiférer sur un sujet donné et dans un délai fixé. Puis l'Assemblée nationale et le Sénat valideront ou non l'ensemble des ordonnances via un projet de loi de ratification. Dans le temps imparti, Edouard Philippe et Muriel Pénicaud, sa ministre du Travail, devront rédiger leurs ordonnances, les faire valider par le Conseil d'Etat puis les adopter en Conseil des ministres.
 
La semaine dernière sur France 2, le Premier ministre Edouard Philippe a rapidement détaillé son calendrier : "Les ordonnances seront prises avant la fin de l'été. La fin de l'été, c'est le 21 septembre. Donc avant cette date et la reprise de la session parlementaire normale." Après la publication des ordonnances au Journal officiel, la loi de ratification est la véritable étape sensible du processus : l'ordonnance n'acquiert en effet sa valeur législative qu'après l'adoption définitive - et globale - du Parlement.
 
Ce sont donc sur toutes les ordonnances publiées que députés et sénateurs devront se prononcer à l'automne. Il faut donc à Emmanuel Macron et Edouard Philippe une majorité confortable à l'Assemblée nationale et au Sénat - il y a des élections sénatoriales en septembre - pour éviter les mauvaises surprises.
 


Inscription à la newsletter