Menu
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L'assureur lyonnais Sham intensifie sa conquête de l'Europe

#orientationstratégique #consultationcse #dialoguesocial



Après l'Italie et l'Espagne, le groupe mutualiste spécialisé dans la couverture des professionnels de la santé prépare son arrivée en Allemagne. Avec la volonté de réaliser 200 millions d'euros de chiffre d'affaires à l'international d'ici à fin 2021.

L'assureur lyonnais Sham intensifie sa conquête de l'Europe
L'assureur lyonnais Sham intensifie sa conquête de l'Europe
Le groupe Sham se lance à la conquête du marché allemand de la responsabilité civile médicale. L'assureur mutualiste lyonnais (450 millions d'euros de chiffre d'affaires attendu en 2018, 950 salariés), spécialisé dans les risques médicaux, répond actuellement à ses premiers appels d'offres et réalise ses premières démarches commerciales en vue de son lancement Outre-Rhin programmé au 1er janvier prochain.

""Notre arrivée en Allemagne est l'un des challenges de notre fin d'année. Une équipe de sept personnes est opérationnelle depuis cet été, et plusieurs dizaines de dossiers sont à l'étude. Mais je ne veux pas donner d'objectifs chiffrés pour ce lancement, car c'est l'avantage d'être mutualiste et de ne pas avoir d'actionnaires : on peut se donner le temps", rapporte Dominique Godet, le directeur général du groupe Sham."

Plus de 100 millions d'euros à l'international cette année

Leader français de l'assurance responsabilité civile dédiée au monde de la santé (hôpitaux publics, cliniques privés, centres de soins, médecins...), Sham s'est lancé depuis trois ans dans un déploiement sur le marché européen.

Une internationalisation initiée en 2015 en Espagne et en Italie, où le groupe a déjà pris de sérieuses positions : il est numéro 1 du secteur en Espagne (40 000 médecins, 1 250 centres de soins, 150 établissements de santé) et couvre 50 hôpitaux publics dans le nord de l'Italie, pour un chiffre d'affaires cumulé hors de France qui devrait atteindre environ 105 millions d'euros cette année.

"C'est un très beau succès. Alors que nous sommes partis de zéro en 2015, le groupe pourrait réaliser 200 millions d'euros d'activité par an à l'international d'ici à fin 2021. Sham se transforme pour passer de leader français en une vraie entreprise européenne. J'estime que nous avons quelque chose à apporter au marché grâce à notre position unique d'acteur exclusivement dédié à ceux qui délivrent des soins."


Plus de 15 000 réclamations traitées par an en France

Spécialiste de la couverture des professionnels de la santé face à des acteurs généralistes, le groupe Sham, qui fête cette année ses 90 ans, met en avant un modèle "tout intégré", de la prévention des risques jusqu'aux règlements des litiges avec des patients. Des réclamations judiciaires suite à un acte médical qui ne cessent de progresser en France, comme dans les autres marchés européens de l'assureur.

"Nous avons traité plus de 15 000 réclamations en France l'an dernier. Ce chiffre a plus que doublé en vingt ans, et nous observons la même tendance en Italie, en Espagne ou en Allemagne. Nous sommes dans un contexte de judiciarisation de la société avec un rejet pour le risque et l'échec. Le patient est moins passif que par le passé : quand il estime que cela s'est mal passé, il se retourne contre le médecin ou l'établissement. Mais je précise que s'il y a plus de réclamations devant les tribunaux, il n'y a pas plus de condamnations", indique Dominique Godet.

Reste que le risque médical est une préoccupation centrale des acteurs de la santé, avec des montants vite conséquents en cas de décision judiciaire : alors que le coût moyen d'une indemnisation est de 200 000 euros, le groupe Sham traite, chaque année, autour d'une vingtaine de dossiers de plus de 1 million d'euros (jusqu'à 16 millions d'euros pour le plus lourd jugement rendu cette année).

"Nous avons les moyens de faire des acquisitions"

En forte croissance sur son marché de niche, le groupe Sham, qui est passé de 317 millions à 450 millions d'euros de chiffre d'affaires au cours des cinq dernières années, entend consolider ses positions " au cours des deux ou trois années qui viennent ". Le groupe n'exclut pas des opérations de croissance externe pour accompagner ses implantations. A l'image du gestionnaire de réclamations en dommages corporels acquis en Italie et devenu, depuis, le plateau de gestion de l'assureur dans le pays.

Attribution du CSE, dans le cadre de la consultation des orientations stratégique L2312-24 du code du travail

Le comité social et économique est consulté sur les orientations stratégiques de l'entreprise, définies par l'organe chargé de l'administration ou de la surveillance de l'entreprise, et sur leurs conséquences sur l'activité, l'emploi, l'évolution des métiers et des compétences, l'organisation du travail, le recours à la sous-traitance, à l'intérim, à des contrats temporaires et à des stages. Cette consultation porte, en outre, sur la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences et sur les orientations de la formation professionnelle.

Le comité émet un avis sur les orientations stratégiques de l'entreprise et peut proposer des orientations alternatives. Cet avis est transmis à l'organe chargé de l'administration ou de la surveillance de l'entreprise, qui formule une réponse argumentée. Le comité en reçoit communication et peut y répondre.
Lu 134 fois
Samedi 27 Octobre 2018 - 05:39
Antonio FERNANDES


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 28 Octobre 2018 - 08:17 Rachat de Capio : l'OPA de Ramsay quasi finalisée

Samedi 27 Octobre 2018 - 05:07 RUBIS va lancer une OPA sur le Kenyan Kenolkobil










Inscription à la newsletter