Menu
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le tribunal de commerce de Niort prononce la liquidation de la société Camif Particuliers



Le tribunal de commerce de Niort prononce la liquidation de la société Camif Particuliers
Le tribunal de commerce de Niort (Deux-Sèvres) a prononcé lundi la liquidation de la société Camif Particuliers, qui emploie 780 personnes, et le redressement judiciaire avec une période d'observation de six mois de l'entreprise Camif SA, (200 salariés), a-t-on appris de source judiciaire.

Le groupe de vente par correspondance Camif Particuliers, numéro trois en France dans ce secteur, et la coopérative Camif SA avaient été placées en cessation de paiement jeudi dernier. Le tribunal de commerce a précisé que le passif était de plus de 100 millions d'euros pour Camif Particuliers, qui perdait 120.000 euros par jour, et qu'aucun candidat à la reprise ne s'était fait connaître.

"On s'y attendait, mais c'est un véritable coup de massue. Vous vous rendez compte: 900 personnes dans la rue en cinq minutes", a déclaré à l'AP Genevieve Paillaud, secrétaire du Comité d'entreprise et délégué CGT, qui fait remarquer que les salariés présents à l'audience sont "entre abattement et colère".

Selon elle, la situation de l'emploi à Niort (environ 70.000 habitants) est "catastrophique". Elle précise que "les salariés de la Camif qui ont été victimes des quatre derniers plans sociaux de l'entreprise n'ont pas retrouvé de travail".

"L'activité de Camif Particuliers, qui emploie 780 personnes à Chauray (Deux-Sèvres) a été très mauvaise en septembre", avait déclaré, jeudi dernier, à l'AP Louis Mallet, le président du Conseil d'Administration de la Camif. Il avait par ailleurs précisé que la société tête du groupe, Camif SA (qui emploie 200 personnes à Chauray), prestataire de service de Camif Particuliers, se trouvait, du coup, elle aussi dans une situation de trésorerie difficile qui l'avait obligée à être également placée en cessation de paiement.

Les personnels licenciés devaient se réunir dans la soirée et demain en AG, mais Geneviève Paillaud estime qu'après cette décision "les marges de manoeuvres sont très étroites". AP
Lu 1324 fois
Mardi 28 Octobre 2008 - 10:12
nouvelobs.com


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 9 Décembre 2018 - 12:24 Sanofi va supprimer 750 postes en France

Dimanche 9 Décembre 2018 - 11:26 Accorhotels lance une OPA sur le groupe polonais Orbis










Inscription à la newsletter