Menu
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Savoir lire les comptes de l'entreprise : Agir avec des arguments solides.

Les comptes de l’entreprise fournissent de façon synthétique une mesure en principe fidèle, de ce que fait l’entreprise, de ses performances économiques et financières passées et de la façon dont elle prépare l’avenir. Ils constituent donc un ensemble d’informations essentielles pour tous les acteurs tels que les actionnaires, les banques, les dirigeants, les élus du CSE et les salariés.



Elus du #CSE : Pourquoi comprendre le bilan comptable de l'entreprise ?

Le rôle du bilan comptable est de connaitre à l’instant « T », quelle est la situation patrimoniale de l'entreprise. Il permet d’avoir une indication de la valeur d’une entreprise. A sa lecture, le bilan comptable vous fournit des données indispensables pour le pilotage et la gestion de l'entreprise et pour évaluer sa  situation financière.
 

Que regarder dans un bilan?

Le résultat de l’exercice

Il figure dans les capitaux propres au passif. Pour une société il s’agit du résultat net après impôts, que les actionnaires vont pouvoir se partager, s’il n’y a pas de pertes antérieures, ou laisser en réserves dans l’entreprise. Il permet de savoir si l’entreprise a fait un bénéfice net ou une perte  nette pendant l’année écoulée.

Il faudra aussi regarder le détail de la composition du résultat de l’exercice dans le Compte de résultat pour savoir comment il a été obtenu, en tenant compte de toutes les rubriques enregistrées et de la fiscalité.

Le report à nouveau

Il figure dans les capitaux propres au passif. S’il est positif, il correspond à du bénéfice, de l’année antérieure ou des années antérieures, qui n’a pas été affecté en réserves, ni en dividendes.

S’il est négatif, cela signifie que l’entreprise a enregistré des pertes sur l’année antérieure ou sur les années antérieures.

La situation de trésorerie

Elle correspond au solde suivant = valeurs mobilières de placement + disponibilités – les concours bancaires courants et soldes créditeurs de banques.

Les valeurs mobilières et les disponibilités font partie de l’actif circulant. Les concours bancaires sont le renvoi n°5 au dessous du passif.

Ce solde représente le montant des liquidités dont dispose l’entreprise. Si le solde est positif, cela signifie que globalement l’entreprise a de l’argent disponible à la date d’arrêté du bilan. S’il est négatif, l’entreprise est à découvert.

Le besoin (ou la ressource) en fonds de roulement (le BFR ou la RFR)

Il s’agit du solde suivant = stocks (en valeur brute) + créances clients et comptes rattachés (en valeur brute)– dettes fournisseurs et comptes rattachés.

Les stocks et les créances clients font partie de l’actif circulant. Les dettes fournisseurs sont au passif.

Si le solde est positif, il exprime le besoin de financement stable qui est nécessaire pour financer l’exploitation.

Si le solde est négatif, il y a une ressource de financement stable dégagée par l’exploitation de l’entreprise. C’est par exemple le cas de grandes surfaces dont les clients payent rapidement alors que les délais de paiement aux fournisseurs sont longs. L’entreprise reçoit alors des liquidités des clients avant de payer les marchandises.

Le fonds de roulement net global (le FRNG)

Il s’obtient par le calcul suivant : Capitaux propres + dettes financières stables  - emplois stables (c’est-à-dire les immobilisations nettes de l’actif). Il représente l’excédent de ressources stables une fois que sont financées les immobilisations de l’entreprise.

Les capitaux propres et les dettes financières stables font partie du passif du bilan.

C’est lui qui doit couvrir le besoin en fonds de roulement. S’il n’y parvient pas, l’entreprise doit s’endetter.

L’actif net

Actif net = actif immobilisé + actif circulant – dettes

Il permet de se faire une idée de ce que pourrait valoir l’entreprise. C’est ce qu’il resterait aux actionnaires si l’entreprise devait cesser son activité, vendre tous ses biens et rembourser toutes ses dettes.

Le ratio d’endettement

Ratio d’endettement = somme de toutes les lignes d’emprunts / actif net

Ratio d’endettement est > 1: il signifie que les fonds amenés par des financeurs extérieurs à l’entreprise (souvent les banques),  sont supérieurs aux investissements des actionnaires.

Ratio d’endettement est < 1  : il signifie que l’entreprise pourrait, théoriquement, encore s’endetter pour financer sa croissance.

La rentabilité des capitaux propres

Rentabilité des capitaux propres = résultat de l’exercice / capitaux propres

Elle donne une idée de ce que rapporte aux actionnaires leur investissement financier dans l’entreprise.


Le compte de résultats

Le compte de résultat est le baromètre de l’activité d’une entreprise en un exercice comptable.

Un résultat peut en cacher un autre !

Le compte de résultat regroupe sur un an l’ensemble des enrichissements et des appauvrissements. Si les revenus sont supérieurs aux charges, l’entreprise est bénéficiaire. Il se décompose selon une triple distinction au niveau des opérations : celles relatives à l’activité économique courante, c’est le résultat d’exploitation ; celles relatives aux incidences de la gestion financière, c’est le résultat financier ; celles relatives aux opérations exceptionnelles, c’est le résultat exceptionnel.

Le résultat d’exploitation retrace l’activité courante de l’entreprise. C’est la différence entre les produits et les charges d’exploitation.

La valeur ajoutée (VA) = A – B

C’est une expression de la valeur qu’ajoute l’entreprise aux consommations qu’elle se procure auprès d’agents économiques qui lui sont extérieurs.

L’excédent brut d’exploitation (EBE) = VA + subventions d’exploitation – impôts et taxes  - Charges de personne

Il correspond au flux de trésorerie que pourra générer l’exploitation courante de l’entreprise lorsque tous les produits correspondants auront été encaissés et lorsque toutes les charges correspondantes auront été payées. L’excédent brut d’exploitation est une mesure de la rentabilité de l’entreprise.
 

A savoir

L’EBE se rapproche de l’EBITDA (Earnings Before Interest, Taxes, Depreciation, and Amortization (revenus avant intérêts, impôts, taxes, dotations aux amortissements et provisions). C’est un indicateur initialement développé aux États-Unis mais qui n’est pas normalisé, c’est-à-dire que le contenu peut différer d’une entreprise à une autre selon les interprétations faites autour des différentes rubriques.

Le résultat financier est la différence entre les produits et les charges financières. Dans le cas d’une entreprise endettée, les charges financières d’intérêts sont lourdes et le résultat financier sera très souvent négatif. Une entreprise qui a des excédents de trésorerie qui rapportent dégage des revenus qui apparaîtront dans ses produits financiers.

Le résultat exceptionnel retrace, le cas échéant, les opérations qui ne relèvent ni de l’exploitation, ni du financier comme par exemple la cession d’une immobilisation corporelle (immeuble, machine…). Une entreprise qui cède un bel immeuble pour devenir locataire peut dégager une importante plus-value qui va rendre bien meilleur non seulement le résultat exceptionnel mais aussi le résultat de l’exercice. Cependant cela ne signifie pas obligatoirement que l’exploitation soit rentable ou que la cession de l’immeuble soit une bonne opération à long terme.

Le bénéfice (ou la perte) du compte de résultat, qui est le (ou la) même que celui (ou celle) figurant dans le Résultat de l’exerciceau bilan, est appeléle résultat neten analyse financière. Il reprend la totalité des produits de l’année à laquelle est soustraite la totalité des charges de l’année. Sa répartition entre ce qui provient de l’exploitation, de la politique financière ou d’éléments exceptionnels est riche d’enseignements sur ce qui se passe dans l’entreprise.


Elu(e)s du CSE : comprendre les données économiques pour agir

Les objectifs de la formation

  • Utiliser le compte de résultat, le bilan et la BDES pour agir en cas de modification de la situation économique de l'entreprise.
  • Identifier les dispositifs d'épargne salariale.

Les points forts de la formation

  • Nombreux exercices d'application.
  • Les participants sont enthousiastes : "Cette formation devrait être proposée systématiquement à tous les nouveaux élus : très accessible et passionnante".

Programme de la formation

Le programme de la formation 

1 - Connaître l'organisation de l'entreprise

  • Les différentes formes juridiques des sociétés et leurs règles de fonctionnement.
  • Les obligations d'information du CSE.

2 - Utiliser le compte de résultat pour comprendre la situation économique de l'entreprise

  • Comprendre la logique du compte de résultat et de la marge brute.
  • Analyser leur évolution et le positionnement de l'entreprise sur son marché.
  • Examiner et interpréter les différents soldes du compte de résultat.

3 - Comprendre le bilan pour évaluer la solidité financière de l'entreprise

  • Les postes du bilan.
  • Capitaux propres et capitaux permanents.
  • Fonds de roulement et le besoin en fonds de roulement.
  • Les différentes sources de financement et leur impact.

4 - Se repérer dans la lecture des comptes consolidés

  • La notion de groupe de sociétés.
  • Signification économique et financière de la consolidation.
  • Méthodes de consolidation et impact sur les comptes.

5 - Connaître les marges de manœuvre du CSE en cas de modification de la situation économique de l'entreprise

  • Consultation sur les orientations stratégiques : s'appuyer sur la Base de Donnée Économiques et Sociales (BDES).
  • Organisation, fusion, fermeture d'établissement.
  • Rôle du CSE en cas de redressement, liquidation judiciaire.
  • PSE : les points de vigilance.

6 - Connaître les différents dispositifs d'épargne salariale

  • Participation, intéressement, P.E.E, PERCO.

Durée : Lieux

Cette formation se réalise dans vos locaux, avec vos documents, nous pourrons ainsi préparer cette intervention pour répondre au mieux à vos attentes. N'hésitez pas à nous contacter pour demander un devis personnalisé.
Lu 223 fois
Mardi 18 Février 2020 - 08:05
Antonio FERNANDES



Formation en ligne CSE, CSSCT (Lille, Paris, Lyon, Marseille, Martinique, Cayenne, Ile de la réunion)










Inscription à la newsletter