Menu
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Après plusieurs suicides, GFI Informatique met en place un dispositif d'écoute de ses salariés

Après plusieurs suicides en seulement un an, GFI Informatique Nantes a mené un audit qui a révélé des erreurs de management et d'organisation. La direction a aussitôt accepté de les reconnaître et en réaction, a mis en place d'un dispositif d'écoute des salariés.



Après plusieurs suicides, GFI Informatique met en place un dispositif d'écoute de ses salariés
La vague de suicides relevée cette année dans le secteur informatique - PSA, Renault, EDF et plus récemment France Télécom - pose, inévitablement, la question de la souffrance au travail. Ainsi, la SSII GFI Informatique, a vu à son tour trois de ses employés se suicider en seulement un an. En octobre 2007, c'est un salarié de près de 20 ans d'ancienneté qui met fin à ses jours. Rattaché à l'agence de Lyon, il avait été détaché à Paris sur une mission malgré son opposition initiale. Après plusieurs allez-retour entre les deux villes, il avait envisagé de quitter la SSII pour une autre. Il s'est finalement suicidé par balle juste après s'être confié par téléphone à une déléguée du personnel de GFI Informatique. Son dernier appel.

Le 3 juillet dernier, une femme, chef de projet, en mission au centre client de la Macif s'est, elle aussi, donné la mort. Pour les syndicats, même si les raisons d'un tel geste sont toujours complexes et difficiles à démêler, on ne peut exclure complètement celles liées aux conditions de travail. « Quelles que soient les causes, apparemment personnelles, qui ont conduit à un tel geste, nous considérons néanmoins que le climat de pression qui frappe actuellement les équipes projet de GFI Nantes, a pu être perçu par cette salariée comme le coup de grâce, estime Alexis Zadounaïsky, délégué syndical SUD du groupe GFI à Nantes. Un audit mené au sein de GFI Nantes a effectivement révélé des erreurs de management et d'organisation, faits que la direction a accepté de reconnaître. »

Un dispositif d'écoute et de suivi psychologique

De fait, cette série d'événements a été prise très au sérieux par la DRH de la SSII, qui a diligenté avec le CHCST (comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail), et sans retard, la médecine du travail pour apporter une assistance psychologique aux salariés. Le syndicaliste précise que « le CHSCT a aussitôt préparé des mesures pour mettre en place un suivi psychologique à l'attention de tous les salariés de l'équipe nantaise. »

En réaction, une mission d'expertise post-suicide a été votée par le CHSCT d'un établissement parisien de GFI tandis que les élus de Nantes travaillent à un dossier sur les risques psycho-sociaux après le suicide survenu le 3 juillet. La direction a décidé elle-aussi de prendre les devants en annonçant la mise en place, à l'instar de France Télécom, d'un dispositif d'écoute des salariés.
Lu 1661 fois
Lundi 1 Septembre 2008 - 10:12
lemondeinformatique.fr

Notez


1.Posté par MAGNIN le 08/10/2008 12:07
bonjour,

j'ai travaillé chez gfi . La pression je connais les suicides ne sont pas que des managers il achete les gens pour fermer leurs gueules (vulgaire) j'étais chez gfi rhones alpes j'ai vraiment sombré mais j'ai claqué la porte car je n'ai pas apris les memes valeurs . un managers avec de l'argent drh qui donnent ses idées

Enfin jai connu une personne tres compétente dans le monde profes il m'a donné confiance et maintenant je remonte la pente et je crées ma boite
et ma vengeance c'est d'envoyer mes coordonnées au PDG + DRa

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 2 Janvier 2010 - 16:55 La stratégie européenne 2007-2012



Formation en ligne CSE, CSSCT (Lille, Paris, Lyon, Marseille, Martinique, Cayenne, Ile de la réunion)










Inscription à la newsletter